Yishui Xingye Association, Chine

Infos importantes

Partenaire Fairtrade Pakka:
Novembre 2012

Nombres de familles paysannes:
238

Etendue:
1145 ha de production biologique

Productions principales:
Cacahuètes, maïs, patate douce, blé

Nusssnacks im Pakka-Sortiment:
Cacahuetes, grillees, Sel Marin, 150g
Cacahuetes, grillees, Sel Marin, 150g

Certification:
Max Havelaar dépuis 2009, EU-Bio dépuis 1997

Pays et région:
China, Provinz Shandong, Yishui

Le Yishui Xingye Association

Les fermiers de l’association Yishui Xingye vivent dans la province chinoise de Shandong, au niveau de la partie basse du Fleuve Jaune, qui se jette dans la mer de Bohai, aussi appelée Mer Jaune, quelques centaines de kilomètres plus bas. Au niveau du pays, cette région est passée leader dans la culture des arachides. La coopérative des agriculteurs Yishui Xingye y contribue à hauteur d’environ 450 tonnes par an.

De manière générale, un seul fermier cultive entre 10 et 60 hectares de terre avec sa famille. En plus de l’arachide, les principales cultures sont le maïs, la patate douce, le blé et le soja. Le terrain loué est ainsi subdivisé en petits lots de terrain – de taille comparable à celle d’un jardin de famille suisse. Certains de ces terrains sont parfois situés sur une pente. Si tel est le cas, le terrain est alors organisé en terrasse avec des murs en pierre afin de le protéger contre l’érosion dûe à la pluie.

Le partenariat entre la société allemande Naturkost Ernst Weber GmbH et la Coopérative d’agriculteurs chinois existe depuis 1997. A cette époque, la culture biologique de ces petits fermiers était labellisée par la Chinese national Green Food AA-Certification, qui, en Chine représente une production sans pesticides.

Avant que le premier conteneur de cacahuètes organiques, produites selon les standards biologiques européens, puisse partir pour la Suisse, une quantité considérable de travail et de recherche a été fait par la société Ernst Weber Naturkost GmbH. Afin d’établir des contacts avec des hauts fonctionnaires locaux – comme par exemple, le ministère chinois de l’agriculture – de nombreuses visites sur place ont été nécessaires. De plus, la formation continue sur le thème de l’agriculture biologique était nécessaire pour la certification biologique selon les normes européennes. Enfin, un cours pour mieux comprendre les compétences interculturelles s’est avéré être un facteur crucial pour une coopération harmonieuse et réussie.

La récolte de l’arachide a lieu chaque année en septembre. Au cours de cette période, tous les villages qui appartiennent à l’Association Yishui Xingye font l’objet d’une visite et la production annuelle est achetée directement auprès des agriculteurs. Toutes les cacahuètes sont traitées au même endroit, à l’heure actuelle l’usine de traitement est située dans le sud de la province, dans la ville de Linyi. Cette usine bénéficie de processus de production de pointe pour traiter exclusivement des matières premières organiques. Les cacahuètes y sont triées, lavées, blanchies, temporairement stockées et enfin emballées. De l’usine, les conteneurs font leur chemin par camion au port de Qingdao et à partir de là vers l’Europe par bateau cargo.

En 2009, la coopérative a obtenu la certification FLO du Commerce Equitable. Les agriculteurs sont ainsi venus avec des propositions de projets locaux communautaires pour utiliser les fonds générés. Après quatre années d’expérience avec le label du commerce équitable, le retour d’expérience de la coopérative est positif. Grâce à leur affiliation à la coopérative, les agriculteurs se sentent non seulement plus indépendants, mais ont ainsi été en mesure d’améliorer leur situation économique. Entre 2009 et 2013, la coopérative a pu compter sur environ 45 000 USD de primes pour mettre en place divers projets pour la communauté.

En 2014, il était ainsi prévu d’acheter du compost de haute qualité ainsi que des pesticides agricoles certifiés biologiques pour les plants d’arachide. De jeunes arbres ont été plantés sur les lieux pentus afin de réduire l’érosion des sols. Des haies ont été cultivées pour former une barrière naturelle contre les zones de terres cultivées de façon non biologiques. Ces améliorations ont été rendues possibles principalement grâce aux primes liées au commerce équitable.